Canal de Polangis : comment le préserver ?

Le collectif Rivière Polangis, inquiet pour l’avenir, lance une pétition pour la préservation du Canal de Polangis et en appelle aux listes candidates aux municipales.

Le collectif Rivière Polangis. inquiet pour l’avenir, lance une pétition pour la préservation du Canal de Polangis et en appelle aux listes candidates aux municipales.

 

Voici nos réponses à leurs interrogations 

 

1 - Vous nous questionnez sur l’interdiction des divisions parcellaires.

 

Le respect du droit de propriété ne rend malheureusement pas possible d'inscrire au Plan Local d’Urbanisme (PLU) une interdiction stricto sensu des divisions parcellaires.

 

En revanche, il nous paraît opportun de prendre un certain nombre de mesures permettant de restreindre les conditions de réalisation des divisions foncières. A cet effet, nous proposons de : 

 

- Diminuer le coefficient d’emprise au sol pour réduire la constructibilité ;

 

- D’augmenter les retraits de + 2 mètres (ex. : passage de 6 à 8 mètres) pour les vues principales et de  + 1,5 mètre (ex. : passage de 2,5 mètres à 4 mètres) dans les autres cas ;

 

- D’intégrer au PLU les dispositions réglementaires permettant la construction de nouveaux logements en surélévation des habitations existantes dans le respect des hauteurs qui seront définies par le nouveau PLU et en cohérence avec le caractère pavillonnaire du quartier ;

 

- D’augmenter les surfaces de pleines terres sur les parcelles sur toutes les zones concernées par des projets de constructions neuves ou de démolition/reconstruction.

 

2 - Vous nous questionnez ensuite sur le classement des abords du canal de Polangis en zone N « zone à protéger en raison de la qualité de son site » (comme l’Ile Fanac) dans le Plan Local d'Urbanisme.

 

Le canal de Polangis participe depuis sa création en 1886 au caractère de notre ville par sa dimension à la fois historique et esthétique. Comme tous les Joinvillaises et Joinvillais, nous partageons votre préoccupation quant à la nécessité de protéger ce lieu qui est, au surplus, un espace écologique à préserver. 

 

C’est pourquoi nous sommes favorables pour classer ses abords en zone N “zone à protéger en raison de la qualité de son site”.


 

3 - Vous nous interrogez ensuite sur le retour à la règle des 7m50 de hauteur maximale au faîtage, l’interdiction des toits-terrasses et le respect du style traditionnel du quartier.

 

Nous sommes attachés au caractère pavillonnaire de Polangis et à la diversité de ses hauteurs, qui constituent l’originalité, le charme et le côté remarquable de ce quartier. La révision du PLU que nous entamerons dès 2020 permettra d’élaborer des mesures spécifiques pour le quartier Polangis. D’une manière générale, le PLU intégrera pour l’ensemble de la commune le patrimoine immatériel de Joinville-le-Pont (ciel, eau, verdure), ainsi que la boucle de la Marne.

 

Sur votre proposition de limiter à 7m50 la hauteur au faîtage et l’interdiction des toits-terrasses

 

Il n’est pas question d’autoriser des hauteurs excessives et incohérentes avec le paysage existant du quartier. Cependant, fixer une limite de hauteur dans une zone pavillonnaire nécessite un certain nombre d’études préalables avant d’envisager de la fixer dans le PLU : 

 

- Une définition précise de la zone en question doit être trouvée en concertation avec les habitants ; 

 

- Un inventaire précis des hauteurs existantes doit être réalisé pour en évaluer la pertinence. 

 

S’agissant des toits, la jurisprudence administrative rend aujourd’hui difficile d’envisager l’interdiction pure et simple des toits-terrasses notamment lorsqu’ils sont végétalisés (ex. : toiture végétale retenant les eaux de pluie).

 

Aussi, si nous ne pouvons pas nous engager sur cette demande, nous nous engageons à prendre en compte la spécificité et le caractère remarquable du quartier Polangis lors de la révision du PLU pour établir des garde-fous visant à respecter les gabarits actuels et conserver ce paysage remarquable.

 

4 - Sur la conservation du style traditionnel du quartier Polangis

 

Pour conserver le caractère du quartier Polangis, nous travaillerons avec le Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement du Val-de-Marne (CAUE 94) afin d’établir un cahier de prescriptions architecturales ambitieux (gammes de tons et de matériaux des façades, des toitures, sens du faîtage etc.) respectant le style traditionnel du quartier. Ce document servira à :

 

- Orienter les porteurs de projets afin de préserver la qualité architecturale et préserver réellement l’identité pavillonnaire ;

 

- Éviter la prolifération de constructions neuves sans harmonie avec les maisons avoisinantes (ex.  un “cube gris et blanc” jeté au milieu d’un terrain à Polangis).


5 - Vous nous interrogez enfin sur le respect de la règle du Plan Local d'Urbanisme sur l’aménagement des berges, qui précise que « ne sont admis que les pontons et terrasses en bois », et le fait d’imposer en front de quai le maintien d’une partie paysagère.

 

Nous partageons votre souhait de faire respecter la règle du PLU sur l’aménagement des berges, qui précise que « ne sont admis que les pontons et terrasses en bois ». Le renforcement du PLU par le maintien d’une partie paysagère en front de quai peut être une piste à étudier.

 

La préservation de Joinville est un des axes majeurs du projet de jAji et au cœur de notre contribution à la dernière enquête publique de révision du PLU de mars 2019.