Création d’une régie agricole

Pour couvrir les besoins en approvisionnement de fruits et légumes des cantines de la ville

Constat

Aujourd’hui, grâce à un effort notable de la commune, les repas des cantines de Joinville contiennent 50 % de produits bio d’origine France et 30 % de produits d’origine « locale ».

Nous voulons aller plus loin, aussi loin que possible : 100 % bio et 100 % local, tel est l’objectif. Mais nous voulons également commencer à retrouver la maîtrise ce que nous mangeons et travailler à retrouver une certaine souveraineté alimentaire.

L’île-de-France a longtemps été une terre nourricière pour la grande ville et le pays tout entier. Aujourd’hui, sous la pression foncière, les terres cultivables disparaissent à une vitesse alarmante. Et pourtant ces terres sont à côté de chez nous, à quelques dizaines de kilomètres à peine.

Nous souhaitons que Joinville-le-Pont prenne sa part de responsabilité sur cette question de politique nationale en préservant et sanctuarisant quelques hectares de terre nourricière et en mettant en place les conditions de leur culture pour nourrir les enfants et seniors joinvillais.

Démarche

Quatre étapes pour y arriver :

1 - décision de la commune de ne plus déléguer au privé la restauration municipale (crèches, écoles, cantine de la Mairie et repas pour les SDF) ;

2 - étude de faisabilité du projet, consultation des Joinvillais sur leurs attentes, rédaction du cahier des charges, travail avec associations spécialisées (Terres de lien par exemple) ;

3 - achat de terrains agricoles et installation d’exploitants ;

4 - diversification progressive des productions.

La ville de Mouans Sartoux (à côté de Nice) a mis en place sa régie agricole. C’est une ville de 10 000 habitants qui sert environ 1 000 repas par jour (30 tonnes de légumes) avec 4 hectares cultivés en bio. 1 hectare de terre coûte entre 50 et 100k€ en Seine et Marne selon sa situation géographique.

La difficulté pourrait résider dans la recherche du terrain idéal, nous pourrons travailler avec l’association Terres de Lien dont l’objet est de mettre en relation terrains disponibles cultivateurs et consommateurs. Ils ont notamment accompagné de nombreuses communes dans la mise en place de leur régie (Mouans-Sartoux, Bourgoin-Jallieu etc).

Ensuite, la ville gardera à sa charge l’emploi ou les emplois créés, le transport puis le traitement des produits en circuit court. Cela impliquera la création d’une cantine centrale sur la ville qui fournira donc les repas des cantines des enfants et des séniors.

En période de transition, dans l’attente de la mise en place de cette régie et des premières récoltes, nous chercherons par tous les moyens à tendre vers l’objectif final de 100 % bio et 100 % local en créant des partenariats avec les maraîchers et producteurs intéressés au travers de la mise en place d’un PLAN ALIMENTAIRE DURABLE.

Dès notre élection, nous exposerons ce projet à l’Établissement Public Territorial. S’il est intéressé nous pourrions envisager de le développer à une plus grande échelle et mettre ainsi en commun un certain nombre de choses (matériel, transport, cuisine centrale, etc). Nous pourrons également demander le soutien financier et logistique de partenaires institutionnels (État, ADEME, associations locales d’agriculture biologique).

Quelques villes qui ont mis en place la régie agricole : Mouans Sartoux (Provence, environ 10 000 habitants) / Ungersheim (Haut-Rhin, 2 341 habitants) / Loupiac (Dordogne, 260 habitants) / Toulouse (Haute Garonne, 480 000 habitants) / Gonfreville l’Ourcher (Seine Maritime, plus de 9 000 habitants) et Paris en parle… alors pourquoi pas Joinville-le-Pont !

Atouts

Cette mesure comporte de nombreux bénéfices pour notre ville :

- conquête de l’autonomie alimentaire grâce à la maîtrise du processus en direct par la Mairie : production, approvisionnement, distribution ;

- réalisation d’économies et valorisation des déchets organiques grâce à la diminution du gaspillage alimentaire ;

- sensibilisation des habitants aux enjeux du développement durable, notamment les enfants dans les écoles ;

- sauvegarde des terres et activités agricoles en Ile-de-France.

 

 

Télécharger cette fiche en PDF