Présentation de la liste JAJI aux élections municipales

Discours de clôture de la réunion publique par Tony Renucci

(Crédit photo : pap 133)

Après avoir présenté la liste des colistiers de JAJI aux prochaines élections municipales et rappelé l’ensemble du parcours, des consultations, des ateliers citoyens qui ont mené à présenter cette liste, Tony Renucci a annoncé les 8 principaux pôles et axes d’actions qui mettront en œuvre un programme électoral, ambitieux et novateur, présenté au mois de Mars prochain.

Parce que ce travail a parfois été réalisé dans les conditions déplorables faites de rumeurs, de pressions, d’intimidations, … de la part des deux autres listes concurrentes, Tony Renucci a dénoncé des pratiques d’une violence rare et peu respectueuses des électeurs, des élections et, finalement, de la démocratie.

1 – Une liste novatrice incarnant le renouveau

 

Ça y est, nous y sommes. On y est !

Monter une liste, un programme, c’est difficile, mais nous sommes les premiers à y parvenir.

Une liste qui incarne la fraîcheur, le renouveau, avec un profond renouvellement des personnes, des profils, des visages, par rapport au paysage politique existant, et ce, dès les premières places.

Cette liste est aussi appuyée par des profils expérimentés, d’élus ou anciens élus, qui maîtrisent les arcanes du fonctionnement d’une Mairie et qui mettent leurs compétences à disposition de la dynamique citoyenne.

Et surtout, notre plus grande fierté, c’est de vous permettre d’accéder à la vie publique :

- de tous quartiers

- tous âges

- tous milieux

car vous adhérez à notre démarche locale, notre écoute et notre projet pour la Ville, plutôt qu’à un parti politique.

 

2/ Une histoire faite de constats sur l’échec de la gestion actuelle et d’une ambition : mettre les citoyens au cœur de la décision

 

Car comment en est-on arrivés là ? Laissez-moi vous rappeler l’idée de départ.

En 2017, après plusieurs années de mandat de la majorité sortante, on constate une chose : notre ville évolue.

Elle évolue, sous l’artifice de la modernité et du cosmétique des inaugurations, des rubans à découper, et nous ne pouvons que le constater, sans y être associé et sans être en mesure de le comprendre. Nous sommes confrontés à une certaine violence,

- violence des travaux qui occupent grandement l’espace public pendant de longues années

- violence des décisions qui s’appliquent et impactent notre cadre de vie sans explication

- violence des échanges avec une municipalité et un Maire hermétiques à toute proposition qui n’aille pas dans leur sens.

 

Alors, en tant qu’habitants de Joinville, nous avons un sentiment mitigé, contrarié, l’impression que l’avenir nous file entre les doigts, que nous ne sommes pas maîtres du destin de la ville et c’est ressenti comme une blessure.

 

Face à ça, nous cherchons des solutions, notamment auprès des acteurs politiques, des partis politiques. Et c’est là que le bât blesse. Nous constatons alors une double lacune des partis politiques :

- un manque de travail sur le fond (quel projet de ville pour Joinville ?)

- et un manque d’ouverture sur la société civile.

 

L’association Génération Joinville a été créée à partir de ce constat et officialisée en janvier 2018. L’ambition est multiple :

- faire monter une génération politique, celle qui était exclue de la vie publique et qui n’accédait pas aux responsabilités, afin de ne plus laisser en marge ceux qui ne correspondaient pas à certains codes conformistes et leur permettre de prendre la parole et de participer

- une volonté de croiser l’expertise savante et l’expérience vécue, ceux qui sont spécialistes d’un sujet et ceux qui vivent dans nos quartiers et sont confrontés au réel,

- et une conviction : vous vous intéresserez à la politique locale si la politique locale s’intéresse à vous

 

Notre méthode est unique et inédite à Joinville : posture d’écoute, co-construction pour élaborer un diagnostic citoyen sur notre ville.

Nous l’avons appliquée depuis plus de deux ans de travail avec vous

- via des rencontres

- des ateliers participatifs

- et des réunions publiques pour bâtir un projet pour notre ville.

 

Et aujourd’hui, nous arrivons à un moment crucial de cet exercice : il faut maintenant porter ce projet pour les élections municipales

 

3/ Notre projet pour les Joinvillaises et les Joinvillais 

 

Ce soir, nous sommes là pour vous parler d’une ville douce. Une douceur de vivre retrouvée à Joinville-le-Pont, face à un climat violent, irrité, agressif.

Une ville douce qui permet de transformer Joinville, tout en gardant son âme, sans la dénaturer, notamment via un tiers-lieu qui soit l’essence de Joinville, qui soit un concentré de Joinville, via la révision du PLU.

Une ville douce qui vous donne une voix, qui vous dit que la parole de tous les Joinvillais compte et qui vous amène à vous engager pour notre ville, et être maîtres de notre destin, notamment via le budget participatif.

Une ville douce qui vous assure la meilleure qualité de vie et de service, anciens comme nouveaux Joinvillais, en soutenant nos associations et leur budget annuel de subventions et en renforçant la solidarité, notamment envers les populations isolées.

Une ville douce qui crée du lien local, entre tous les acteurs de la vie Joinvillaise, afin de favoriser la diversité des activités économiques, l’emploi et pouvoir répondre au problème de la vie chère.

Cette ville douce, nous sommes prêts à vous l’apporter grâce à une nouvelle organisation municipale.

 

Les délégations de majorité JAJI au conseil municipal seront réparties sur 8 pôles :

 

1 – Le pôle transition écologique et à la Marne

qui sera notamment en charge du lancement du permis vert Joinvillais dès septembre 2020, pour végétaliser, planter et débitumer sur l’espace public.

Ce pôle adoptera une stratégie de réduction des déchets, travaillera à l’installation de composts collectifs sur l’ensemble de la ville et continuera le travail de dépollution de la Marne notamment en accompagnant les plaisanciers dans la rénovation de leurs infrastructures.

 

2 – ce pôle travaillera conjointement, main dans la main, avec le pôle en charge de l'urbanisme, au patrimoine et à l'égalité des chances, notamment pour une révision en profondeur du plan local d’urbanisme, dès notre élection, et favoriser un développement écologique, raisonné et maîtrisé de notre ville.

 

3 – Un pôle pour la transition démocratique, à la transparence, aux droits de l'opposition, qui seront respectés et à la liberté d'expression.

Les élus dédiés mettront en place le budget participatif, qui sera intégré au rapport d’orientation budgétaire dès le mois d’avril, pour être pleinement opérationnel en 2021.

Ils mettront aussi à votre disposition des outils pour vous rapprocher des élus, tels que les élus référents par quartier et les conseils municipaux citoyens, qui vous permettront de prendre connaissance de l’ordre du jour, des enjeux et des propositions du conseil municipal avant qu’il ne soit réuni.

 

4 – un pôle aux finances publiques et à la citoyenneté,

- qui veillera à garder une fiscalité constante

- qui mettra à disposition les fonds pour votre budget participatif

- et qui ira chercher les subventions auprès des différents organismes, pour financer nos projets.

 

5- un pôle à l'éducation et aux relations intergénérationnelles

- qui mettra en place une régie agricole pour atteindre l’objectif « 100% qualité dans l’assiette » notamment dans nos écoles, nos crèches et nos résidences pour personnes âgées

 

6 – un pôle à la culture et au devoir de mémoire

- chargé de valoriser l’histoire et le patrimoine Joinvillais dans notre programmation culturelle

- notamment via la création d’un festival de films et de court-métrage

- et par un cahier intergénérationnel de la mémoire joinvillaise, associant seniors et plus jeunes, pour retracer la belle histoire de notre ville.

 

7 – un pôle Aux affaires économiques locales, à la fête, à la dynamisation du territoire et à l'animation du futur tiers-lieu

- ce pôle fera du bâtiment de l’école du Centre la Maison Citoyenne des Joinvillais

- notamment pour les projets des associations

- les expositions culturelles

- les rencontres intergénérationnelles

- un espace de co-working

- une ressourcerie pour la valorisation des déchets

- et l’information et l’implication dans la vie locale

 

8 – un pôle à la jeunesse, aux sports pour tous et à la mise en œuvre du label « Terre de Jeux » 2024

- Joinville c’est la cité du cinéma et du sport

- ce pôle créera un événement, qui sera les Jeux Olympiques Joinvillais, dans le cadre du label Terre de Jeux 2024

- les élus dédiés défendront les intérêts de nos sportifs auprès de la ville de Paris pour préserver le Stade Garchery, qui doit rester pour l’usage des Joinvillais.

 

Alors comme vous pouvez le voir :

- Nous sommes la seule liste à avoir un programme
- Nous sommes la seule liste à porter un projet
- Nous sommes la seule liste à faire des propositions authentiques et ancrées dans le réel de la vie quotidienne.

 

Mais nous sommes aussi les seuls à vous dire que :

- la voix des Joinvillais ne doit pas être étouffée
- que le choix des Joinvillais ne doit pas être confisqué
- qu’une élection locale ne doit pas être une élection nationale.

 

4/ Un contexte politique difficile et un climat délétère

 

Car curieusement, nous constatons que notre bonne volonté et notre travail acharné font face à une forte réticence du landernau politique en place.

Nous avons face à nous 2 listes sortantes, qui ont tout voté ensemble, pendant 1, voire 2 mandats, menées par les deux ex-frères siamois Olivier Dosne (Maire actuel) et Rémi Decout (ancien Maire adjoint à la sécurité), et qui à elles deux, représentent un système politique installé, vérolé et verrouillé.

Un système politique qui se définit comme les sachants, ceux qui savent mieux que nous

- parce qu’ils sont déjà élus

- parce qu’ils ont une expérience

- et qu’ils sont rompus à l’exercice électoral.

 

Prêts à tout pour garder les postes et les places, ils calculent entre eux des alliances de circonstance, probablement éphémères, un jour on s’aime, le jour suivant on divorce. Mais ce système politique Joinvillais en place est persuadé que le scénario est joué d’avance, ils ne prennent même pas le temps de vous écouter et de vous rencontrer, et ils pensent que le simple fait de s’allier sur la forme sans travailler sur le fond, suffira à gagner.

Et bien nous, la liste JAJI, nous tentons notre chance et nous représentons cette 3e voix.

-Une liste hors des sentiers battus
- qui refuse que la voix des Joinvillais soit confisquée
- qui préfère l’intérêt général contre les petits intérêts particuliers
- et qui privilégie le travail programmatique précis contre les idées générales.

 

Et qui affrontons-nous ?

Tout d’abord, la liste du Maire sortant,

- qui défend son bilan en béton,

- au constat écologique alarmant

- et avec des méthodes de gouvernance solitaire et coupées des réalités.

Le même Maire en place, qui ne rechigne pas sur la violence, la pression, le chantage, dans sa politique et ses rapports avec les citoyens et les associations.

 

On trouve ensuite la liste des dissidents, mi-figue mi-raisin, on pourrait même dire mi-carpe mi-lapin, composée de 8 élus de l’ancienne majorité,

- qui ont tout voté comme un seul homme lors du dernier mandat, jusqu’à quelques mois avant l’élection,

- puis rejointe par tous ceux qui ont toujours essayé de compter au niveau politique local, plus pour leurs propres intérêts que les vôtres,

- mais qui ont toujours échoué à se faire entendre, quel que soit le parti d’où ils viennent.

Cette liste est portée par Rémi Decout, des coups bas envers nous, illustrés par le récent soutien d’Olivier Aubry, qui nous attaque nommément dans un de leurs tracts, après avoir nous avoir demandé la tête de liste JAJI quelques jours avant en échange de son possible soutien.

Parlons-en quand même quelques secondes, car c’est important. J’ai beaucoup de respect pour Olivier Aubry, il a été le Maire adjoint de son père Pierre Aubry pendant plusieurs années, il a réalisé de grandes choses pour Joinville, notamment sur l’emploi et l’économie, et je suis sûr qu’il a à cœur que la ville réussisse

Mais quand je lis qu’il mentionne JAJI comme une liste qui  « a l’apparence du renouvellement et de la démocratie participative »,

- quand je vois qu’il nous dénomme comme des « socialistes en rupture de ban »

- ou quand je vois qu’il conclut en disant « voter JAJI, c’est voter Dosne »

Excusez-moi quand même de répondre à Olivier Aubry : moi, je ne suis pas un héritier de la vie politique. Ni moi ni les autres de la liste JAJI.

Je n’ai pas attendu qu’on me serve Génération Joinville puis JAJI dans une petite cuillère, et notre devise à nous, ce n’est pas d’attendre qu’on nous donne le pouvoir dans la main, mais c’est d’aller le chercher avec les Joinvillais.

 

Et quant à ceux qui colportent ces rumeurs insensées, comme quoi JAJI soutiendrait Olivier Dosne en cachette ... mais quelle mouche les a piqués ?

Lorsque nous faisons des propositions pour retrouver la maîtrise de notre espace public, c’est aux antipodes de la politique des 2 listes sortantes qui ont tout donné aux mains des promoteurs immobiliers

Lorsque nous faisons des propositions pour instaurer une véritable démocratie participative, c’est l’opposé de la politique des 2 listes sortantes qui ont tout décidé par la voix d’un Maire seul, sans avis éclairé de ses citoyens.

Lorsque nous faisons des propositions pour prendre soin des Joinvillais et de leurs familles, nous anticipons les besoins que les 2 listes sortantes ont oublié, lorsqu’ils ont surdensifié sans penser à ajuster nos équipements pour répondre à la demande d’une population en forte augmentation.

Et lorsque nous faisons des propositions pour relocaliser les activités économiques sur notre territoire, c’est le contraire des choix urbanistiques des 2 listes sortantes, qui ont fait fuir les petits commerçants, incapables de suivre le rythme effréné des loyers de la rue de Paris, créant un problème de vie chère à Joinville-le-Pont.

 

Alors arrêtons la désinformation, regardons les programmes et venons-en aux faits :

- la rue de Paris sur-densifiée, étouffante et sans espaces verts, c’est eux !

- le gymnase du Bataillon, au goût architectural douteux, bourré de malfaçons, qui ne répond pas à l’ambition initiale d’un gymnase national qui aurait permis à nos clubs de handball et de basket d’accueillir des compétitions à domicile, c’est eux !

- l’école Simone Veil, et sa cour de récréation minérale, sans aucun espace vert, obligeant durant la canicule de l’été 2019, l’école flambant neuve à s’équiper de climatiseurs payés par les promoteurs, c’est eux !

- le manque d’investissement sur le stade Garchery, que nous avons failli perdre en 2016, avec le risque que plus de 2000 joinvillais soient privés de faire de sport sur notre territoire, c’est eux !

- les locaux de l’école du Centre, qui ont accueilli l’exposition de street art, et qu’ils souhaitent maintenant tous détruire, c’est eux !

- le chantage aux habitants de la rue de la Liberté en leur disant « pas de travaux d’assainissement (pourtant nécessaires) si vous n’acceptez pas nos conditions », c’est eux !

- la présentation d’un projet d’aménagement bouclé, sans aucune écoute, aux habitants de la rue de Paris prolongée, qui pourtant partageaient leur crainte face à la vitesse des conducteurs et la violence routière contre les enfants, c’est eux !

- l’augmentation de 7% des impôts locaux dès la 1ère année de mandat, c’est eux !

Et parlons quand même des pratiques clientélistes, dont ils ont fait preuve, et que nous avons constatées pendant cette longue période de travail de 2 ans :

- ces associations que nous avons dû rencontrer en cachette

- ces personnes terrorisées à l’idée que le Maire sache qu’elles nous avaient parlé

- nos sympathisants menacés, intimidés, parfois directement par le Maire en place, car ils avaient pour seul défaut de nous soutenir et de nous apporter leur expertise citoyenne, c’est une réalité

- les pressions aux subventions, affaires privées qui remontent à la surface publique, les menaces sur l’avenir professionnel, les prestataires Joinvillais qui ont été obligés d’arrêter de travailler avec nous à cause des pressions du Maire en personne, les clubs Joinvillais qui ont reçu des appels du cabinet du Maire pour censurer nos textes qui les mentionnaient, voire même Olivier Dosne, qui a appelé en personne, le Président de mon club de sport, où je suis membre du comité directeur, pour lui exiger de me  congédier pour la simple et bonne raison que je ne soutiens pas sa politique.

 

Et bien, ce système ça suffit et avec JAJI, c’est fini !

 

Certains collectionnent les étiquettes politiques, nous notre parti, c’est vous !

 

Et c’est avec vous que nous irons au bout de cette campagne, jusqu’à la présentation de notre programme, le jeudi 5 mars, et jusqu’au vote, les 15 et 22 mars, mobilisez-vous, MOBILISEZ-VOUS, pour ensemble aller jusqu’à la victoire !

 

Certains collectionnent les étiquettes politiques, nous notre parti, c’est vous !